Skip to content

CONSEIL D’ARCHITECTURE, D’URBANISME,
DE L’ENVIRONNEMENT ET DU PAYSAGE

des Alpes-Maritimes

Le mot du moment …

En 1995, les CAUE de France, sont brutalement passés du ministère de l'Equipement au ministère de la Culture pour des raisons budgétaires. Ce changement de « puissance tutélaire » a impacté profondément l'organisation de leurs missions de service public.
Liés à l'Equipement, les CAUE intervenaient et menaient une réflexion globale sur l'aménagement du territoire et notamment sur l'Urbanisme.
Passés à la Culture, les CAUE se sont recentrés sur l'Architecture et le Patrimoine abandonnant la politique de développement des territoires.
Cette « frustration » est partagée avec nombres d'architectes et je vous propose de lire le remarquable article de Madame Béatrice Dollé, architecte, publié dans le Journal du Syndicat des Architectes de mars 2022 expliquant cette évolution.

Bonne Lecture !

F. Pernice

Quelle place pour l’Architecture ?

C'est en 1995 que le Président Jacques CHIRAC, nouvellement élu, transférait l'Architecture du ministère de l'Équipement à celui de la Culture pour récupérer la ligne budgétaire de l'enseignement de l'Architecture et porter ainsi le budget de la Culture à 1 % du budget de l'État. Il s'agissait d'une promesse phare de sa campagne pour la Culture.

Force est de constater que l'Architecture n'y a rien gagné, loin de là et que dès lors elle n'a cessé de perdre en reconnaissance, en considération et en soutien, au point de quasiment disparaître de l'organigramme de l'État en tant que discipline à part entière. Aujourd'hui, l'Architecture n'est plus qu'une composante du patrimoine, et la politique architecturale de la France se conçoit dans les Directions successives de l'Architecture et du Patrimoine et, depuis 2010, dans une Direction Générale des Patrimoines et de l'Architecture dite « Direction des Patrimoines », pour faire court.
Vingt-sept ans plus tard, en cette campagne présidentielle 2022, Mesdames et Messieurs les candidats et candidates, nous vous posons la question de votre vision de l'Architecture et de son positionnement dans votre action future.
Prévoyez-vous de donner au seul ministère de la Culture la charge de la politique architecturale de la France, alors que les architectes contribuent pleinement à l'activité économique du BTP français et aux 45 milliards d'euros de chiffre d'affaires que ce secteur génère chaque année?
Prévoyez-vous de donner au seul ministère de la Culture la charge de la politique architecturale de la France, alors que les architectes sont par essence des acteurs de la construction écologique, qu'ils poussent à la rénovation et la reconversion de l'existant vers la construction neuve, qu'ils innovent et mettent en oeuvre les techniques visant à construire plus frugal, plus économe en énergie, plus proche des ressources locales, plus en harmonie avec l'environnement, plus intégré au site?
Prévoyez-vous de donner au seul ministère de la Culture la charge de la politique architecturale de la France, alors que les architectes restent des professionnels incontournables de la production des dizaines de milliers de logements construits chaque année dans notre pays?
Alors que les architectes demeurent les rares acteurs à oeuvrer encore pour la qualité du cadre de vie des habitants dans un système de plus en plus financiarisé et dérégulé?
Alors que les architectes assistent impuissants à la privatisation de la construction des logements sociaux et qu'ils subissent et dénoncent les conséquences des profits considérables des promoteurs privés tirés d'une baisse de la qualité, d'une réduction dangereuse de la surface des logements et d'une occupation déraisonnée du territoire?
À l'évidence, le rattachement de l'Architecture à une Direction des Patrimoines au sein du Ministère de la Culture ne trouve aucune cohérence avec les enjeux architecturaux et sociétaux portés au quotidien vaille que vaille par les architectes. L'Architecture et les architectes ont besoin d'un appui solide et d'une voix forte de la part de l'État et de ses représentants pour les soutenir dans la défense des valeurs sociales et d'intérêt général qu'ils portent.
Aussi , au nom de ses valeurs, nous demandons une juste place pour l'Architecture dans l'organigramme de l'État. Une juste place qui la mette au centre des politiques du cadre de vie de la France.
Nous plaidons pour la mise en place d'une Direction de l'Architecture à part entière, au sein d'un grand Ministère de la qualité du cadre de vie qui soit à la croisée des Ministères de la Transition Écologique, du Logement, de la Cohésion des Territoires et de la Culture.
Ce n'est qu'ainsi positionnée, reconnue, soutenue et dotée, que « l'architecture (qui) est une expression de la culture» selon la loi sur l'architecture de 1977 pourra avec les architectes, exprimer ses ambitions humanistes en tant qu'acteur économique et agir pour l'intérêt général aux côtés des élus.
Et ce n'est qu'ainsi positionnée, que son enseignement pourra enfin sortir de son statut de variable d'ajustement budgétaire dans une triste concurrence entre Ministères et assurer une formation de haut niveau pour de futurs architectes à même de répondre aux attentes des citoyens pour leur cadre de vie.
Car oui, l'Architecture est une nécessité sociale.

Béatrice DOLLÉ

LES PLAQUETTES D’INFORMATION

Les bornes incendie

Point d’eau (appareil hydraulique/hydrant) alimenté par un réseau sous pression, public ou privé.

La taxe d’aménagement

La taxe d’aménagement s’applique à toutes les opérations soumises à autorisation d’urbanisme : construction, reconstruction […]

LES ÉTUDES

NEWSLETTER

Suivez l'actualité : conférences, formations, concours …